Brethil, les cadres composites made in France

Jeune société implantée près de Saint-Etienne, berceau du cycle en France, Brethil propose des cadres haut de gamme personnalisables.

Cela bouge toujours dans le petit monde du vélo ! Et dans ce mouvement il y a de nouvelles marques qui émergent. Brethil est de celles-là. Cette marque sort des sentiers battus tout en collant parfaitement aux réalités du marché. Revendiquant une fabrication française et européenne, membre du mouvement 1% pour la planète, Brethil propose 3 familles de vélos, « l’Altitude » pour grimper, la « Performance » pour être aéro et la « Contre La Montre » pour le chrono et le triathlon. Il y a aussi un VAE de route. Les modèles Altitude sont uniquement à disque, les autres existent aussi en version patin. Il est également possible de personnaliser les cadres avec l’option MyBrethil. Nous avons donc posé quelques questions à l’équipe Brethil pour en savoir un peu plus…

Une marque jeune

Vélo Brethil Izoard
Pour grimper, il y a dans la gamme Brethil Altitude, l’Izoard. Uniquement à disque. Crédit Brethil

Dimensions Vélo : « Quelle est l’origine de la marque Brethil ? »

Brethil : « La marque Brethil a été fondée par Pierre, Président de la Poizat International Limited Corporation en 2017. Initialement, cette marque spécialisée dans la fabrication de produits sportifs en matériaux composites se tournait vers la production de canoës et kayaks de compétition. Très rapidement, nous nous sommes rendus comptes que les engagements et les valeurs de Brethil intéressaient de nombreux cyclistes et triathlètes. Il a donc été décidé de lancer en 2018 le projet « Brethil cycles – Manufacture Française de cycles ». Ce projet a été très bien accueilli, et la marque va rapidement se spécialiser dans la conception et la fabrication de cycles, en laissant de côté la production des canoës et kayaks. »

Pierre.m Poizat _ Poizat Int _ Brethil
Pierre M. Poizat fondateur et président de Brethil. Crédit Brethil


Dimensions Vélo : « Depuis combien de temps produisez vous des cadres ? »

Brethil : « Les premiers prototypes sont sortis des ateliers en 2018. Nous nous sommes basés sur ces modèles pour définir la structure composite des vélos, leur résistance… Les premiers modèles de série sont sortis, eux, des ateliers en Janvier 2019. C’était les premiers « vrais » vélos. »

Made in France !


Dimensions Vélo : « Vous concevez et fabriquez en France et en Europe comment cela se déroule-t-il ? »

Brethil : « Pour la production de ses canoës ou de ses vélos, la Poizat International Limited Corporation (sous la marque Brethil) a fait du « Produire en France » l’une de ses valeurs phare. Nous travaillons exclusivement avec des sous-traitants. Brethil ne possède pas sa propre usine de production. En étroite collaboration, nous étudions la forme de nos modèles, le design, la structure composite… Les vélos sont assemblés à Saint-Just sur Loire, à côté de Saint-Etienne, berceau historique du cycle en France. » 

Details cadre - BCS
La marque a développé « son propre composite », le Brethil Composite System. Crédit Brethil


Dimensions Vélo : « Pouvez-vous nous parler du BCS (Brethil Composit System) et du Brethil Intech ? »

Brethil : « Le BCS, acronyme pour Brethil Composit System, est le procédé de fabrication exclusif de Brethil. Nous avons développé cette technologie avec notre sous-traitant, dans le sud-ouest de la France. Cette technologie se résume en trois points : 

1- Le moulage : Alors que la majorité des vélos est fabriquée grâce à une technique de moulage sur mousse (technologie dite « EPS »), nous avons fait le choix de réaliser le moulage des cadres sur une structure en cire, qui va fondre à la cuisson. 

2- La structure : La structure composite des cadres Brethil est propre à la marque. En effet, grâce à notre expérience dans le milieu du canoë-kayak, et à l’expérience de notre sous-traitant dans l’aéronautique, nous avons fait le choix de mettre en commun nos connaissances afin de créer des structures uniques. Différents types de matériaux composent un cadre Brethil : carbone uni-directionnel (Pré-Imprégné dit « Pre-Preg ») pour les différents tubes du cadre principalement, carbone 3k, un carbone tissé, qui est placé en renfort, des tresses de carbone qui sont extrêmement intéressantes pour leur résistance, leur capacité de déformation et enfin de la fibre de lin, cette fibre naturelle permet d’atténuer les vibrations du vélo, et donc d’offrir une sensation de pilotage unique au cycliste. Chaque modèle et chaque taille possèdent son propre échantillonnage, afin de retrouver cette même expérience de pilotage sur nos différents modèles. 

3- Le moule : Les moules utilisés pour la fabrication de nos cadres sont en matériaux composites, et non en aluminium. Il est difficile d’en dire plus sans dévoiler les dessous de cette technologie ! Le Brethil In’Tech est notre technologie d’intégration de la câblerie. L’intégralité de notre gamme 2020 est équipée de ce système, qui permet une intégration totale de la câblerie, avec des passages à travers le cintre, la potence… »

Serrage de selle du cadre Baltic 2
Tout est intégré sur les vélos Brethil, les durites, les câbleries et les serrages de selle. Crédit Brethil

Brethil fabrique à la demande


Dimensions Vélo : « Quels sont les délais pour un cadre normal et pour un MyBrethil ? »

Brethil : « Le délai de production des cadres peut varier selon la période, notre calendrier de production… Chaque modèle est produit à la demande. Nous fonctionnons sans stock. En moyenne, le délai de production est de 4 semaines environ. Les cadres MyBrethil sont des cadres à la finition personnalisée. Tout dépend de la complexité du modèle. Il faut souvent compter de 10 à 15 jours de plus, par rapport à un design de série. » 

Dimensions Vélo : « Comment cela se passe pour un MyBrethil ? »

Brethil : « Chez Brethil, nous accordons beaucoup d’importance à ce que chacun puisse rouler sur le « vélo de ses rêves ». Nous proposons plusieurs motifs de personnalisation, dont certains sont réalisés par hydrographie. Nous proposons également de créer des modèles uniques, selon la charte graphique du club de l’athlète, de ses sponsors… C’est un travail d’étroite collaboration entre l’athlète, et l’équipe de production. » 

Orienté performance et efficacité

Vélo Brethil Baltic RS2
Le Brethil Baltic RS2 est parfaitement étudié pour rouler vite. Crédit Brethil

Dimensions Vélo : « Vos cadres y compris les Altitude présentent un aspect aérodynamique indéniable, comment faites-vous vos études ? »

Brethil : « Dans toutes les disciplines du cyclisme, la recherche de l’aérodynamisme et de la performance est omniprésente. En tant que constructeur, nous sommes donc dans l’obligation de concevoir des cadres qui répondent aux attentes des athlètes. Pour nos premiers modèles, nous nous inspirions de modèles qui ont fait leurs preuves. Pour 2020, nous développons nos propres formes. Le design des vélos est pensé pour la compétition. C’est le critère que nous devons garder en tête lors des différentes phases de développement, du dessin au prototypage, en passant par la modélisation 3D. 
Sur la gamme 2020, notre volonté d’intégration et d’aérodynamisme est encore plus poussée, grâce au système Brethil In’Tech. L’intégralité de nos modèles (hors gamme altitude) est proposée avec deux types de freinage : patin, ou disque. »

Le VAE de route n’est pas oublié chez Brethil

Dimensions Vélo : « Vous avez beaucoup de demandes pour votre VAE E-Orcival ? »

Brethil : « Les vélos de route en carbone à assistance électrique restent minoritaires sur le grand marché des VAE. Cependant, nous tenions à proposer un modèle avec une assistance afin de permettre à tous de découvrir (ou ré-découvrir) le bonheur des ascensions des plus beaux cols. En développant ce modèle, nous ne souhaitions pas créer un « vélo électrique », mais un vélo à assistance électrique. Équipé d’un moteur et d’une batterie intégrée Fazua, le E-Orcival dispose d’un pédalier double identique aux vélos traditionnels. Il est donc possible de s’en servir sans assistance, et sans contrainte. »

Une garantie de 10 ans


Dimensions Vélo : « Avez-vous des athlètes, des ambassadeurs ? »

Brethil : « Nous travaillons principalement avec des tri-athlètes, comme le Québécois Antoine Jolicoeur Desroches, ou encore le Lillois Clément Giteau. Pour une marque comme la nôtre, c’est intéressant de pouvoir échanger avec des athlètes comme ceux-ci, qui nous apportent beaucoup. »

Dimensions Vélo : « Vous proposez une garantie de 10 ans supérieure à de celle de nombreuses marques, comment faites-vous ? »

Brethil : « La garantie décennale est l’un des points qui nous démarque de nos concurrents. Lorsque nous concevons un modèle, nous étudions sa structure pour qu’il soit léger, rigide, mais surtout durable. Afin d’en savoir plus sur la résistance structurelle de nos cadres, de nombreux tests de résistance, déformation et photo vieillissement UV sont réalisés. Ceci nous permet de faire évoluer nos fabrication, afin de les rendre toujours plus performantes. La garantie des cadres en dit beaucoup sur les pratiques et l’engagement des marques. Certaines ne vont garantir leurs cadres que 2 ans car c’est la garantie légale qui nous est imposée. Au sein de la société, nous connaissons la composition de nos cadres, leur technique de fabrication… et nous savons donc que nous pouvons nous permettre de garantir nos produits 10 ans. Chez nous, nous ne vendons pas simplement des vélos. Nous vendons une histoire et un savoir faire que nous souhaitons transmettre aux cyclistes qui nous font confiance. »

Contact : Brethil-Cycles

10 réflexions sur “Brethil, les cadres composites made in France

  1. super marque française que je recommande.
    j’ai rencontré Pierre à vichy (ir 70.3) et je suis depuis sous le charme de cette marque.

  2. J’aime ce qui est fabriqué en France mais suis plus sensible au sur mesure Titane . Ceci étant p^lus il y aura de constructeurs Français et mieux ce sera ..

    1. Quand cet article a été écrit, le projet de Brethil était de produire en France. En 2020 la marque travaillait avec des sous-traitants européens. Je ne suis pas revenu vers eux à ce sujet depuis cette date, mais il semblerait que cela soit encore le cas. Si la majorité des cadres du marché sont produits en Asie, il reste cependant des productions sur d’autres continents.

  3. Attention, Brethil n’a jamais fait fabriquer aucun cadre en France contrairement à ce que vous annoncez. D’ailleurs, on se demande même s’il a déjà fait fabriquer quelque-chose, certains acheteurs attendent leur vélo depuis 1 ans et quand ils le recoivent, c’est un vélo de la mauvaise couleur, avec des levier râpés et des défauts de peinture non signalés. Une honte.

    1. Dans l’article il est mentionné : « fabrication française et européenne ». La marque n’a jamais dit que les cadres étaient faits à 100% en France. . Maintenant à propos du made in France, il n’implique pas que tout soit fait en France, loin de là. Il faut qu’une part substantielle et la dernière opération ait été réalisées en France. Les informations sont ici :https://www.economie.gouv.fr/particuliers/produit-made-in-france. Le temps de passé à concevoir le cadre et son industrialisation est à prendre en compte aussi dans les opérations qui permettent ou non d’obtenir le label, tout comme l’émaillage etc. Le 100 % made in France n’existe pas en fait. Dans le composite, le carbone peut éventuellement être produit en France, mais il vient aussi souvent de l’étranger… Quelle nationalité pour les résines ? Des pièce peuvent être moulées aussi hors de France et intégrée au montage, où a lieu la conception etc. Un artisan cadreur peut avoir aussi ce type de problématique. Il travaille en France, mais les tubes et les pièces qu’il soude d’où viennent-ils ? Ils sont eux aussi souvent produits à l’étranger et pourtant on parle de fabrication française. Pour les délais, malheureusement la période n’est pas propice à les réduire. Et ce d’autant plus si la société est « petite ». Elle a peu de levier pour rattraper le retard dû au Covid -19 face à des clients qui peuvent surenréchir pour être livré ( il n’ya pas que le vélo qui consomme du composite). Par ailleurs, il y a de nombreuses grandes marques de vélos qui ont aussi des délais très longs en ce moment. Quand elles les annoncent… Maintenant le tout serait de savoir si Brethil a tenu ou non ses clients des délais et des retards avant et une fois les commandes passées. Quant aux problèmes de coloris et de pièces endommagés là c’est vraiment du ressort de la marque.

  4. Fabriqué en France made in France ..cela devrait avoir un véritable sens et non pas inclure la recherche , le dessin et la peinture .. Ce sont des histoires politiques plus que des réalités économiques … C’est un peu dommage ..pour les artisans cadreurs qui doivent acheter leur tubes en Chine ou Angletterre pour Reynolds ou même Russie on pourrait dire pareil mais cela montre aussi le désert industriel qui existe en France …Quand à la garantie 10 ans ou 50 ans comme Leon ..c’est de l’argument marketing.Ce qui serait important c’est que les montage à la carte et le sur mesure puissent repondre aux exigences de la ISO 4210 ( velo de route ) …car cela n’est toujours pas le cas ..

  5. Brethil est une marque malhonnête qui tient ses clients dans l’ignorance quant à ce qui se passe avec leur vélos. J’attend un cadre en SAV depuis 6 mois et je suis loin d’être le seul…
    Leur communication du savoir faire français est aussi largement erroné puisqu’ils ont des cadre chinois qu’ils partagent avec d’autres marques. Le cadre chinois n’est pas du tout un défaut mais le manque de transparence oui.

  6. Il semblerait qu’il en soit de même avec Leon ? En fait comme ce sont des fabrications  » asiatiques  » et qu’il fat payer a la commande peut être que les chinois ou autres ne veulent pas réaliser uniquement 1 cadre ? Quoi qu’il en soit c’est effectivement le manque de transparence qui est choquant . D’autant que c’est pas ce qui est présenté ….

Laisser un commentaire